Non classé

Pourquoi y a-t-il autant de personnes queers dans la communauté furry ?

Depuis quelques années, j’ai souvent entendu dire que beaucoup de furries sont aussi membres de la communauté LGBT+. C’est vrai, en l’occurrence : le fandom est aujourd’hui composé en grande partie de personnes queers, les personnes strictement hétéros constituant une minorité par rapport aux autres orientations. Les personnes trans dont non-binaires quant à elles représentent toujours un groupe plus petit que les personnes cisgenres, mais sont présentent en proportions considérablement plus élevées que la population hors du fandom.
Ça ne vous aura sans doute pas échappé, juin est le mois des fiertés, c’est donc sans doute le meilleur moment pour se pencher sur ce sujet : pourquoi y a-t-il autant de personnes LGBT+ dans la communauté furry ? Et en quoi ça reste pertinent d’en parler aujourd’hui ?

Une réponse aux origines du fandom ?

Pour essayer de répondre à cette question, il est utile de se pencher sur le point de départ du fandom en lui-même. Quel était le contexte culturel et politique autour de la communauté LGBT+ à l’époque ? Trouve-t-on des liens entre les deux groupes ?
Dans le livre Furry Nation de Joe Strike, que j’ai déjà mentionné précédemment, on trouve pas mal d’informations à ce sujet, en particulier concernant l’apparition du fandom. Pour faire simple, c’est pendant les années 80 que les premières conventions furry ont lieu, au départ en petit comité, sous forme de petits clubs ou groupes de discussion, pendant des conventions de SF. Assez vite, les furries sont mis·es à l’écart par les autres fans de science-fiction, donnant entre autres naissance à la Confurence, première convention furry officielle !

Il peut d’ailleurs sembler étonnant que les furries aient été mis·es à l’écart de cette manière. Certes, on comptait des personnes queers parmi les membres du fandom de la première heure (par exemple Mark Merlino et Rod O’Riley, qui sont considérés comme certains des fondateurs), mais il y en avait aussi chez les fans de SF.
Eh oui : à partir des années 70, on constate une grande augmentation du nombre de personnages, auteur·ice·s et fans queers de SF, avec même la création de groupes officiels dédiés à la promotion d’œuvres contenant des personnages et éléments LGBT+.

Un petit rappel s’impose aussi pour mieux comprendre à quoi ressemblait le paysage historique autour de la communauté LGBT+ à l’époque. En juin 1969, des émeutes violentes avaient eu lieu au bar Stonewall Inn de New York, en réaction à des raids de police pendant lesquels les personnes queers étaient régulièrement arrêtées. Cet événement fut le point de départ de commémorations annuelles sous forme de manifestations, que l’on connaît aujourd’hui comme la marche des fiertés, ayant lieu en juin de la même manière.
En 1981, c’est le Virus de l’Immunodéficience Humaine, causant le sida, qui se répandit en majorité dans la population gay. Pendant les années 80, la communauté LGBT+ dut faire face à un abandon massif et des moqueries de la part de classe politique, à un manque de moyens financiers pour la recherche sur le virus, et une réponse médiatique similaire, certains journaux parlant du « virus de la peste gay ».

De manière générale, la communauté LGBT+ était dans une période très chaotique lors de l’apparition du fandom. Cependant, même si on comptait des personnes ouvertement queers dans les premiers membres, la communauté furry était avant tout un espace d’expression autour de l’anthropomorphisme, et ses membres étaient considéré·e·s comme déviant·e·s par les fans de science-fiction, avec qui il y aurait pourtant pu avoir beaucoup de proximité.

À ce sujet, dans le livre de Joe Strike, on retrouve une citation intéressante attribuée à Mark Merlino :

We’re kind of weirdoes on the outside of the LGBT community because of the [furry] fandom-both of us are geeks before anything else. We went to a couple of meetings of a sci-fi society for gays where everyone was watching Star Trek : The Next Generation episodes in cuddle piles. […] We never felt like we fit in other than the [sci-fi] fandom connection. When we went to a gay sci-fi convention [and] we showed them gay furry art-they just didn’t get it.

Citation de Mark Merlino. Joe Strike, Furry Nation, Cleis Press, 2017, p. 66

Traduction

« On est un peu des gens bizarres en dehors de la communauté LGBT à cause du fandom [furry]- on est tous les deux geeks avant quoi que ce soit d’autre. On est allés à une ou deux rencontres d’une société de SF pour gays où tout le monde regardait des épisodes de Star Trek : The Next Generation, empilés en train de se faire des câlins. […] On s’est jamais sentis intégrés si ce n’est pour la connexion avec le fandom [de SF]. Quand on est allés à une convention gay de SF [et qu’] on leur a montré de l’art furry gay- ils ont juste pas compris. »

Le terrain de jeu de l’identité

Une étude de Mary Heinz pour le Goucher College nous apprend énormément sur l’influence du fandom sur la manière dont ses membres conçoivent leur propre identité. Le texte en question s’intitule “There’s A Little Bit of That Magic Where I’m Becoming Something Else” : LGBT+ Furry Identity Formation and Belonging Online.
On y apprend que la communauté furry, en particulier sur internet, offre une multitude d’espaces dans lesquels on peut interagir avec des gens aux expériences de vie très diverses, ayant parfois été stigmatisé·e·s par le passé pour leur identité queer et parfois moqué·e·s pour leur passion qu’est l’anthropomorphisme. Cela nous pousse à avoir un dialogue interne avec les différentes facettes de nous-même. Mary Heinz parle de “rôles-identités” comme élève, enfant, parent, partenaire…

Ce dialogue entre ces rôles-identités permet d’y voir plus clair sur qui on est et de mieux s’affirmer. 
En plus, une seule personne a plus d’une casquette et certaines entrent parfois en conflit. Difficile par exemple de s’affirmer et d’être épanoui·e en tant que personne queer dans un environnement lgbtphobe : ici le statut de personne LGBT+ peut entrer en conflit avec celui d’enfant ou d’élève dans une famille ou un établissement scolaire où on subit régulièrement des discriminations.

Là où cette étude est d’autant plus fascinante, c’est que les personnes du fandom interviewées ont noté qu’elles ne recherchaient pas d’autre espace de soutien hors du fandom en lui-même, car la grande majorité des membres sont aussi, déjà, dans la communauté LGBT+. 
Il n’est pas rare que la communauté furry soit considérée comme déviante par les regards extérieurs, ce qui en fait donc un endroit où beaucoup de gens peuvent explorer des rôles-identités qu’iels ne pourraient pas affirmer à l’école, au travail ou avec leurs proches, notamment en projetant ces facettes d’eux ou d’elles-mêmes sur un fursona.

Mary Heinz n’est d’ailleurs pas la seule personne à soulever cette idée. Joe Strike, au début de son livre, dit que les furries sont par nature peu conventionnel·le·s. Je trouve assez compréhensible que certaines personnes s’investissent beaucoup dans le fandom, car c’est un espace où on peut souvent trouver de la compréhension et du réconfort, au-delà même d’un simple passe-temps. Étant déjà assez hors norme à plusieurs niveaux, pas très étonnant que les personnes queers, souvent mises de côté, y trouvent refuge.

Enfin, le site de FurScience confirme que la communauté furry est globalement très ouverte d’esprit vis-à-vis des orientations sexuelles des autres : 

In short, evidence suggests that, in general, people are accepted in the furry fandom regardless of their sexual orientation. While there is sometimes the perception that members of the LGBTQ community are the most strongly accepted members of the fandom, evidence suggests that, while there are indeed significant differences between the straight and non-straight members of the fandom, furries are generally accepted and welcomed within the community regardless of orientation. It may also be the case that the openness and acceptance of the furry fandom may allow people who consider themselves to be exclusively heterosexual to explore aspects of their sexuality they may otherwise not consider in other contexts.

Traduction :

“En résumé, les preuves nous montrent qu’en général, les gens sont accepté·e·s dans le fandom furry qu’importe leur orientation sexuelle. Même s’il y a parfois l’idée que les membres de la communauté LGBTQ sont les membres du fandom les plus fortement accepté·e·s, les preuves montrent que, bien qu’il y a des différences significatives entre les membres hétéros et non-hétéros du fandom, les furries sont généralement accepté·e·s et bienvenu·e·s dans la communauté quelle que soit leur orientation. Il est aussi possible que l’ouverture d’esprit et l’acceptation du fandom furry permettent aux gens qui se considèrent comme exclusivement hétérosexuel·le·s d’explorer des aspects de leur sexualité qu’iels n’auraient sans doute pas considéré dans des contextes différents.”

J’aimerais partager un petit peu d’expérience personnelle, à la fois comme furry et personne LGBT+ lisant ces études. J’ai rejoint le fandom à peu près vers 2016, sensiblement à la période où je commençais à comprendre que j’étais aussi une personne queer. La communauté m’a offert un espace qui m’a permis de parler ouvertement de mon identité et de très rapidement accepter qui je suis, une chance assez énorme, mine de rien. J’avais quelques personnes LGBT+ dans mon entourage à l’époque, mais nous ne parlions presque pas et c’est le fandom qui a finalement pu me donner un endroit où m’affirmer. 
La situation a beaucoup changé depuis, et j’ai aussi été témoin de comportements discriminatoires envers d’autres membres au sein même du fandom, mais je n’aurais jamais pu me construire sans lui pour autant. Bien entendu, je résonne beaucoup avec ce que ces études soulèvent. Plutôt que de chercher du soutien et de la compréhension un peu partout, j’ai réduit cela, inconsciemment, à un seul endroit où je pouvais à peu près tout trouver : la communauté furry. 

Des « attaques » contre le fandom ?

La nouvelle sera sans doute passée sous le radar pour beaucoup, surtout si vous ne suivez pas trop de comptes furry anglophones. Récemment, des personnalités politiques aux États-Unis ont pris la parole pour dénoncer la communauté furry, répandant l’idée mensongère que certain·e·s jeunes refusent à présent d’utiliser les toilettes des écoles, préférant des litières à la place, faisant des bruits d’animaux, etc… 

Mais d’où sortent ces idées complètement bizarres ? Ces attaques sont en fait la version exagérée de la panique morale que beaucoup de personnes transphobes déploient autour des personnes trans et non-binaires dans les établissements scolaires. 
On retrouve régulièrement cette idée que les personnes trans s’introduisent dans des toilettes qui ne leur sont pas destinées et constituent une menace pour les élèves cisgenres, notamment. Là aussi il s’agit bien sûr d’une idée fausse, mais qui a visiblement la peau dure. 

Vu la quantité monumentale de projets de loi avancés rien que cette année aux États-Unis, visant la communauté LGBT+ (plus de 200), en particulier les personnes trans, pas étonnant que les furries soient utilisé·e·s de sorte à jeter l’opprobre sur les personnes queers en général. Le fait que les lgbtphobes prennent les un·e·s pour taper sur l’autre fait largement écho à la même stigmatisation à laquelle la communauté furry fait régulièrement face : comme nous sommes un groupe largement accueillant et ouvert d’esprit, et que les personnes queers constituent la majorité d’entre nous, se moquer du fandom est un moyen facile de discréditer, à couvert, la communauté LGBT+.

Le fandom en France

J’ai énormément parlé des États-Unis jusqu’ici, mais je pense qu’il faut faire un petit point sur la France pour conclure. Le fandom furry n’est vraiment pas visible dans le champ médiatique français, les articles sur le sujet restant très rares. En même temps, une grosse partie du fandom existe sur et grâce à internet, donc sinon pour les membres qui ont la possibilité de porter une fursuit en public, beaucoup de personnes doivent sans doute passer sous le radar. 
Ceci dit, plusieurs des rares textes qu’on a sous la main mentionnent cette ouverture d’esprit générale : dans un article de Ouest-France, qui cite d’ailleurs Raybleiz et NormandiFurs, on retrouve cette notion d’un “aspect de tolérance et d’acceptation sociale très fort” [Raybleiz]. Rue89 Strasbourg parle de l’inclusivité de la communauté, citant justement l’étude de Furscience dont on parlait plus haut.

À ma connaissance, on ne retrouve pas d’attaques lgbtphobes envers le fandom en lui-même en France. La communauté LGBT+, par contre, doit toujours faire face à de très nombreuses formes de discriminations. Le rapport de SOS homophobie datant de 2022, sur l’année 2021, mentionne à la fois une diminution du nombre de témoignages (attribuable entre autres à un changement sur leur propre site web redirigeant vers d’autres plateformes d’aide) mais aussi une augmentation de la violence de ces discriminations. On peut notamment attribuer ça au climat politique actuel, au fait que les réseaux sociaux peuvent relayer des messages discriminatoires et y exposer massivement des personnes queers, ou encore aux mesures sanitaires qui ont rebattu les cartes en matière de lieux et formes de discriminations. 

Dans ce contexte, je pense qu’il est d’autant plus important de garder à l’esprit les possibilités offertes par le fandom : il s’agit toujours d’un endroit de construction et d’affirmation de soi, où on peut s’opposer aux discriminations en faisant volontairement preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit.

Les animaux anthropomorphiques avant le fandom

Aux sources de la communauté furry, on retrouve l’anthropomorphisme et le zoomorphisme.

Pour être plus précis, selon un article d’Encyclopedia Britannica, l’anthropomorphisme était avant la moitié du XIXème siècle le fait d’attribuer des caractéristiques humaines, aussi bien physiques que mentales, à des divinités. Plus tard, la signification s’est élargie pour parler de l’interprétation de toute chose non humaine, comme la nature, des éléments de nos vies quotidiennes et plus encore, comme ayant des caractéristiques humaines.

Le zoomorphisme est en quelque sorte l’inverse : il s’agit d’attribuer des caractéristiques animales, souvent à des éléments de la vie humaine. J’utiliserai les deux termes tout au long de l’article et il n’est pas impossible que la limite soit parfois un peu floue ! C’est d’autant plus le cas dans le fandom de nos jours, vu que le fursona de quelqu’un peut à la fois être une version animalisée de son propriétaire (du coup, on parlerait plutôt de zoomorphisme), ou au contraire, une version humanisée d’un animal que la personne apprécie, ce qui correspond plutôt à de l’anthropomorphisme. Mais encore une fois, on peut aussi retrouver un peu des deux ! Le terme d’hybride pourrait donc tout à fait fonctionner, là aussi.

Ici, donc, on va simplement parler de quelques représentations hybrides qu’on pourrait qualifier de précurseurs au fandom, avant même qu’on parle de “furry”. 🙂

Der Löwenmensch : la plus ancienne figure hybride

Le livre Furry Nation de Joe Strike fait la liste de quelques représentations anthropomorphiques et zoomorphiques notables à travers l’histoire et le monde, la toute première étant aussi la plus ancienne connue à ce jour, la statuette de l’Homme-Lion ou Löwenmensch. La datation au radiocarbone, ainsi que d’autres méthodes comme la datation AMS et la thermoluminescence, indiquent que la statuette à tête de lion des cavernes est vieille de 35 000 à 40 000 ans, c’est-à-dire pendant l’Aurignacien, pendant le Paléolithique supérieur.

Cette œuvre est fascinante à elle seule, et ce pour plusieurs raisons : tout d’abord, il s’agit d’une des plus anciennes statues découvertes à ce jour et, comme indiqué précédemment, la plus vieille représentation zoomorphe connue.

De plus, une expérience fut conduite pour déterminer le temps nécessaire pour produire une telle sculpture, avec les moyens techniques et matériaux de la période. La démarche prit plus de 370 heures, une durée très longue pour une communauté qui à l’époque devait surtout se focaliser sur la survie et récupérer des ressources vitales. De fait, il semble que la statue ait un caractère mythologique, ce qui justifierait d’investir autant de temps dans sa manufacture.

La religion et le zoomorphisme : l’exemple de l’Égypte

Un des réservoirs les plus populaires de nos jours en termes d’animaux anthropomorphiques nous vient directement de la religion, en particulier du panthéon de l’Égypte ancienne. Le sujet est très vaste et complexe à lui seul, impossible donc pour moi d’aller dans des nuances en un seul article.

En revanche, il est utile de mentionner que plusieurs divinités arborent des caractéristiques animales, du moins dans leurs représentations, comme Anubis, dieu du monde souterrain à tête de chacal, Horus et sa tête de faucon, ou Bastet, déesse à tête de chat. Ces attributs animaux évoquent une  certaine dimension symbolique : pour reprendre l’exemple d’Anubis, le chacal est un charognard ayant pour habitude d’enterrer de la nourriture pour revenir la déterrer plus tard. Il est donc fort plausible que l’association entre ces canidés et le patron des embaumeurs vienne au moins en partie de là.

Anubis est d’ailleurs une divinité assez ancienne au milieu de la mythologie égyptienne et son culte perdure assez tardivement. Au départ, il est représenté comme un canidé couché puis, à partir de la Vème dynastie (2500 à 2350 avant JC), on le voit aussi sous forme humanoïde à tête animale.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter cette vidéo de la fantastique chaîne Youtube Le Phare À On.

Enfin, pour rester sur Anubis, son emploi dans de larges pans de notre culture actuelle reste indéniable, à commencer par Lucario dans Pokémon, ou plusieurs cartes à son effigie dans Yu-Gi-Oh et, bien évidemment, dans la communauté furry.

Si l’Égypte ancienne est sans doute un des cas les plus populaires de représentations hybrides entre animaux et humains, il en existe bien d’autres comme Ganesh, à tête d’éléphant, issu de l’hindouisme et dont on retrouve les premières traces dès le premier siècle de notre ère. Encore une fois, aller au-delà de la seule évocation de ces divinités demanderait non pas plusieurs autres articles pour leur rendre justice, mais des livres d’histoire entiers, des ouvrages d’analyses ethnologiques, culturelles et bien plus.

Dans la peau du loup

Dans un article parlant des anciennes traces d’hybrides entre animaux et humains à travers l’histoire, le mythe (les mythes) du loup-garou me semble être un point incontournable. Après tout, il est encore régulièrement employé, recyclé et réinterprété par les furries, mais aussi dans des pans plus larges de notre culture. Mais d’où vient la figure du lycanthrope et comment expliquer sa place actuelle dans l’imaginaire collectif ?

En quelques mots, d’après certains articles, on retrouve des traces d’humains se transformant en loup dès l’Épopée de Gilgamesh, entre 2150 et 1400 avant JC, ainsi que dans la mythologie grecque à plusieurs reprises, en particulier avec le roi Lycaon changé en loup dans les Métamorphoses d’Ovide. La transformation en elle-même dispose de sa propre description détaillée, d’ailleurs.

Un article de Dr Amanda Hopkins de l’Université de Warwick explique que, si l’Église avait une influence majeure au Moyen-Âge et utilisait le bestiaire médiéval pour faire passer un message moral destiné aux humains, le loup-garou n’avait toutefois pas vraiment le rôle horrifique qu’on lui attribue aujourd’hui. Plutôt qu’un être à la forme hybride et terrifiante, il s’agissait beaucoup plus d’une créature à la forme d’un loup relativement commun dont le comportement traduisait une réflexion posée et humaine, transformée pour des raisons hors de son contrôle. Selon le même article, il faudra attendre les XVème et XVIème siècles pour voir apparaître les chasses aux sorcières et aux loups-garous, qui élèveront la créature à son rang monstrueux qu’on lui connaît.

Dans l’histoire du cinéma aussi, la figure du loup-garou fait plusieurs fois son apparition, dès The Werewolf de 1913, film muet aujourd’hui perdu. En 1941, The Wolf Man rencontre un franc succès et reste à ce jour un des classiques du genre. De très nombreux films continueront d’être produits jusqu’à aujourd’hui, parfois sous un angle humoristique associé à l’horreur, comme An American Werewolf in London en 1981. À peu près à la même période, pendant la première moitié du XXème siècle, les apparitions de loups-garous se multiplient dans la littérature, en particulier dans les magazines “pulps” comme Weird Tales.

L’art de Beatrix Potter

Par pure coïncidence et parfait timing, des extraits d’un certain ballet dans lequel jouaient des animaux anthropomorphiques se sont retrouvés sur ma timeline Twitter. Tales of Beatrix Potter, avec le chorégraphe Frederick Ashton, est une adaptation de plusieurs images et histoires de l’aquarelliste et écrivaine du même nom.

Beatrix Potter, née en 1866  près de Londres, et décédée en 1943, était une écrivaine, aquarelliste et passionnée par plusieurs domaines des sciences. Elle est aujourd’hui connue à plusieurs titres, notamment ses planches illustratives montrant des champignons avec une précision hors du commun, un papier de recherche sur la germination d’une espèce de champignon, mais surtout une collection de livres pour enfants dont le plus connu doit sans doute être Pierre Lapin, ou The Tale of Peter Rabbit.

Cet ouvrage était à l’origine contenu dans une lettre destinée à amuser l’enfant malade d’une ancienne gouvernante, mais elle finit par le publier elle-même en 1901. Tout comme dans la vingtaine de livres qu’elle écrira au long de sa vie, Pierre Lapin aborde avec simplicité le thème de l’enfance et des responsabilités du monde des adultes. Plus pertinent encore dans le cadre de cet article : tous ses personnages sont des animaux anthropomorphiques délicatement peints à l’aquarelle, comme des lapins, des oies, grenouilles, écureuils ou chats ; animaux qui l’entouraient dans sa vie quotidienne.

La précision des peintures de Beatrix Potter, non seulement anthropomorphiques mais aussi ses planches de champignons, est indéniablement le résultat d’un long travail d’observation de la nature, des animaux qui l’entourent et d’une profonde curiosité. Il est difficile de dire à quel point ses histoires illustrées ont pu ou non nourrir l’imaginaire collectif de la communauté furry, qui puise avant tout ses origines chez des fans de Star Trek pendant les années 80 aux États-Unis, mais plusieurs artistes actuels partagent des similarités frappantes en terme de style graphique, comme Nagabe ou tono (@mucknagabe et @rt0no respectivement sur Twitter).

J’aurais pu faire une liste beaucoup plus longue des différentes apparitions de figures hybrides à travers l’histoire. Comme dit plusieurs fois précédemment, tous ces sujets relèvent non seulement de l’archéologie, de l’ethnologie, mais aussi d’analyser la réception actuelle de très anciennes figures mythologiques ; des domaines tellement vastes qu’il serait difficile de dire ce qui a ou non influencé la communauté furry. 

Beaucoup de personnes dans la communauté auront cependant déjà entendu parler de “classiques” beaucoup plus récents, comme Robin des Bois de Disney, Zootopie et bien d’autres. Un autre article entier pourrait être écrit sur les quelques décennies ayant précédé la naissance du fandom tel qu’on le connaît aujourd’hui, mais le but n’est pas de traiter de ce sujet maintenant. 

En revanche, j’espère avoir pu vous communiquer de la curiosité pour les références que j’ai présentées ! 🙂

Texte et dessins par Loki !

Quelques représentations furry récentes dans les médias !

Salut à tous ! Après une certaine absence d’articles concernant le Fawn, on s’est dit que c’était l’occasion de tester quelque chose de nouveau en écrivant sur un sujet différent de d’habitude. Aujourd’hui, je vous propose de parler de plusieurs œuvres récentes concernant de près ou de loin la communauté furry ! Manga, jeu vidéo, film, il devrait y en avoir pour tous les goûts !

Le Renard et le Petit Tanuki – Mi Tagawa

Avec son premier tome paru en France fin 2020 et actuellement 4 volumes disponibles, Le Renard et le Petit Tanuki met en scène une histoire touchante dans laquelle le renard Senzo apprend à développer de l’affection et tisser des liens avec un jeune tanuki, Manpachi. En dépit des différences qui les opposent radicalement, les personnages doivent apprendre à vivre l’un avec l’autre et créer des liens pour ainsi dire familiaux. C’est aussi l’occasion de montrer l’évolution psychologique des personnages, Manpachi ayant encore tout à apprendre du monde qui l’entoure, peuplé d’esprits et créatures trompeuses, tandis que Senzo avance lentement sur la voie du repentir. 

Le style graphique de Mi Tagawa donne à l’histoire un ton très chaleureux, et les personnages sont vraiment adorables. Les couvertures, notamment, ressemblent un peu à des peintures à l’aquarelle ou à la gouache et sont particulièrement belles ! 

Fuga : Melodies of Steel

Paru en juillet 2021, Fuga se déroule dans l’univers de Little Tail Bronx, le même donc que les jeux Tail Concerto et Solatorobo, tous les deux utilisant déjà presque exclusivement des personnages anthropomorphiques. 

Si vous connaissez déjà Solatorobo, vous saurez sans doute que l’histoire est loin d’être joyeuse 100% du temps, malgré le nombre de personnages attachants et la superbe direction artistique du jeu. Avec Fuga : Melodies of Steel, cependant, les choses deviennent encore plus sérieuses, l’histoire prenant place sur fond de guerre, déportations et sacrifices. Le jeu est pourtant brillant à plus d’un titre : les liens que l’on crée avec les personnages entrent directement en compte dans le gameplay, et tous sont très intéressants et ont des personnalités riches. Visuellement parlant, le jeu est aussi très marquant par son esthétique steampunk aux couleurs sépia, et de nombreuses illustrations sont présentes dans le jeu dont certaines réalisées par des artistes comme Ovopack. 

Si les tactical RPG ne sont pas votre tasse de thé, la bande son et les visuels valent toujours énormément le détour, et je ne peux que vous recommander d’y jeter un œil !~ PS : vous trouverez sur youtube une série d’animations humoristiques basées sur le jeu, Fuga : Comedies of Steel, qui pourront toujours vous en donner un avant-goût.

TUNIC

Publié il y a à peine une quinzaine de jours, TUNIC est le nouveau jeu d’action-aventure par Finji, le studio derrière Night In The Woods, Chicory: A Colorful Tale ou encore Overland. Vous y incarnez un petit renard anthro évoluant dans un monde hostile et poétique et y combattez de nombreux ennemis. S’il est encore trop tôt pour que je parle de l’histoire du jeu, il mérite au moins qu’on apprécie son identité visuelle. Toutes les formes sont ici simplifiées et ressemblent beaucoup à du low poly, y compris notre personnage, mais les atmosphères du jeu sont très riches et donnent beaucoup de crédibilité à cet univers. Encore une fois, je ne saurais parler de l’aspect narratif du jeu, à vous donc de découvrir ce qui se cache derrière la mystérieuse grande porte d’or. Sinon, les travaux de ce studio restent emblématiques y compris dans la communauté furry, alors en attendant pourquoi ne pas jouer au plus ancien NITW si vous ne l’avez pas déjà fait ?

Monotone Blue – Nagabe

Vous avez sans doute déjà entendu parler de Nagabe : sa série phare, L’Enfant et le Maudit, est arrivée à son terme récemment avec la parution du onzième tome et son recueil d’histoires courtes, The Wize Wize Beasts of the Wizarding Wizdoms, est sorti en 2020 et nous montre un panel de personnages anthropomorphiques variés dans diverses situations affectives. Comme le mangaka l’a dit lui-même lors d’une interview, l’affection est toujours un thème majeur dans ses créations et prend des formes très différentes, parfois romantiques, parfois des liens familiaux…

J’avais toutefois beaucoup d’appréhension en commençant à lire Monotone Blue. Dans plusieurs des histoires précédentes de Nagabe, on pouvait trouver un mélange entre des personnages et scénarios adorables, et une qualité de dessin hors du commun, mais une morale parfois douteuse. 

Monotone Blue, cependant, est une histoire d’amour sincèrement touchante entre deux personnages anthropomorphiques, le chat Hachi et le lézard Aoi. Entre quiproquos, souvenirs douloureux et quotidien de lycéens, tous les deux essaient de démêler leurs sentiments naissants et gagnent en maturité émotionnelle. 

Tous les personnages, principaux ou secondaires, sont extrêmement attachants et drôles, et une fois de plus les dessins de Nagabe montrent une grande maîtrise de leur caractère anthropomorphique, ce qui n’est pas non plus le plus commun dans les mangas de manière générale.

Turning Red

Sorti il y a à peine un mois, Turning Red (Alerte Rouge en français) fait déjà énormément parler, aussi bien ses admirateurs que détracteurs. Racontant l’histoire de Mei Lee, une fille de 13 ans sino-canadienne vivant à Toronto et découvrant qu’elle peut se transformer en gigantesque panda roux, le film parle surtout de la période chaotique qu’est la puberté. Entre ses sentiments romantiques confus, la honte et la peur de voir son corps changer de manière si inattendue et incontrôlable et la pression familiale qu’elle subit en particulier de la part de sa mère, Mei est prise dans un tourbillon d’émotions qui vous seront sans doute très familières.

Voilà donc pour ces 5 œuvres récentes, en espérant vous avoir fait découvrir au moins une nouveauté dans le lot !~ Leur caractère furry n’est en général pas le but principal mais il reste intéressant de voir comment ce choix est justifié dans l’histoire ! En tout cas, ce sera tout pour cet article qui, j’espère, vous aura plu. À la prochaine !~

Écho du Fawn de Janvier

En ce dimanche 16 janvier 2022, le froid intense n’a pas empêché un bon nombre de braves de venir se réunir et s’amuser au premier Fawn de l’année. Victime de son succès, cette nouvelle édition a vu ses places partir en moins de 2 heures, rapprochant cet évènement de grands noms tels que Mylène Farmer ou le Hellfest. Au programme du jour deux ateliers officiels, une initiation au crochet par Kalawang, et une initiation à l’aquarelle par Rimou. 

Le déroulement de la journée fut donc identique aux anciens Fawns, le matin le temps que tout le monde arrive, chacun s’occupait de son côté. Les artistes numériques ont sorti leurs tablettes pour s’exercer, et d’autres ont participé à la création de personnages joueurs pour un jeu de rôle. Nous avons pu profiter de petites douceurs et notamment un délicieux jus de pomme amené par Deerly. Beaucoup de discussion, de rire et de bonne ambiance. Le midi arriva vite, et avec lui, la fameuse tour de pizza. Cette fois pas de records battus, peut-être à la prochaine édition. 

Après le repas les ateliers purent débuter. Tout d’abord l’initiation au crochet, proposé par Kalawang, dont c’était la première participation à un fawn. Elle proposait de s’exercer au crochetage droit. Les réussites étaient plus ou moins grandes mais tout le monde s’est bien amusé. C’était le premier cours de Kalawang dans cette discipline et l’exercice lui a plu, il y en aura peut-être d’autres dans de futurs fawn.

Puis ce fut autour de Rimou de nous présenter son atelier aquarelle. Ce fut très intéressant bien que les informations apprises aient été denses. Notre professeur a montré les différentes techniques de peinture de base, notamment les différences que provoquent l’humidité ou l’absence d’humidité sur le papier, les lavis ou les glacis.

Que ce soit l’un ou l’autre des ateliers, plusieurs personnes souhaitent continuer d’exercer les différentes découvertes.

Cette première édition de l’année 2022 fut une grande réussite, les ateliers ont été appréciés, et chacun était content de revoir les anciennes têtes et de découvrir les nouvelles. Entre temps, le Fawn de février est passé, et s’est lui aussi bien déroulé. Le prochain Fawn, c’est désormais le 13 mars. Prenez soin de vous d’ici là !

Écho du Fawn de Décembre

Bonjour à toutes et à tous ! J’espère que vos fêtes de fin d’année se sont bien passées, et que vous passez un bon moment avec vos proches. Comme chaque mois, il est temps de refaire un petit point sur le Fawn du mois dernier ! 

En arrivant le matin, pas mal de monde était déjà en train de créer des tas de dessins, d’avancer sur des confections de fursuits, etc… Furry Cat & Cosplay créait notamment des banderoles de texte en tissu et ficelle, en guise de décorations de Noël. Mention spéciale à la bannière “Gisèle”, la waifu de André ! 🙂

De plus, pendant toute la journée, un Art Trade de Noël avait lieu, ce qui était l’occasion parfaite d’échanger plein de dessins. Komet a pour la première fois pointé le bout de son nez. Komet ? C’est la Fursuit de Genkignar ! Blue Cloud avait lui aussi emmené sa Fursuit 🐾

À midi, c’était l’heure des pizzas, tradition du Fawn, qu’on est allés chercher avec Komet.

Puis, en début d’après-midi, quelques autres personnes sont arrivées, et j’ai animé un petit “Atelier Fursorobo” ! Le but était de faire découvrir différents styles de mécaniques aux participants, comme le steampunk ou le cyberpunk, afin d’essayer de dessiner des personnages robotiques de leur choix. Les résultats étaient vraiment intéressants, et très variés ! 

Enfin, la journée s’est terminée avec un dîner chez PitaPit.

Cette édition du Fawn aura encore une fois été bien animée, avec un grand nombre de personnes ayant participé ! À ce sujet d’ailleurs, comme André l’a annoncé lors de la journée, les réservations des prochains Fawn ouvriront 2 semaines avant les événements, afin de laisser des chances plus équitables à tout le monde. 

En attendant de vous retrouver pour la prochaine fois le 16 janvier, prenez bien soin de vous ! 🙂

Merci à deeryeen, André et Rimou pour les super photos ! ✨

Écho du Fawn de Novembre

Hello tout le monde ! Le Fawn de novembre est passé depuis un petit moment déjà, et comme chaque mois il est temps de faire un petit retour sur cette journée ! 

On a comme d’habitude commencé en douceur le temps que tout le monde arrive, et dès le matin pas mal de monde était dans une ambiance créative, avec des dessins aux crayons de couleurs, de l’aquarelle, du numérique… Certains participants avaient même fait d’assez longs déplacements pour venir, comme Rolo et Endal. Ça fait super plaisir de voir que le Fawn rassemble des personnes venant parfois d’aussi loin !

À midi, la pause pizza s’impose ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle était digne d’un record, car à 169€ il s’agissait de la plus grosse commande jamais passée au Fawn… mais à la mauvaise pizzeria. Oops… Enfin, après quelques aventures en voiture, c’était la pause repas, pour de vrai cette fois. Les pizzas étaient bien attachées, elles n’auraient pas pu s’enfuir pendant le trajet !

Pendant l’après-midi, Deeryeen animait un atelier de photoshoot de fursuits ! On peut notamment voir la super fursuit de Dutch Angel Dragon portée par Blue Cloud, le masque de T-rex de R3dSk6 Furki, ou le lapin de Tifou ! 

En plus, toute la journée était animé un atelier de couture par Sane. Au programme : fabrication de petits sacs en tissu ! Plusieurs personnes y ont participé, et les créations sont vraiment très cool à voir ! Pendant ce temps, Raigho avançait sur la base de la tête de fursuit de son sergal.

Et pour finir, le prochain Fawn, quant à lui, aura lieu le 12 décembre, la semaine prochaine ! Comme d’habitude, on espère vous y voir !~ D’ici là, prenez bien soin de vous ! ✨

📸 Et un chaleureux merci à Pacify Fonce, Rimou et André pour toutes leurs photos !

En octobre, c’était TéléFawn

Cet Octobre, on s’est tous retrouvés sur Discord pour un TéléFawn ! 💻🖱🖍

Pourquoi un TéléFawn ? Parce qu’en Septembre on était aux Geek Days de Rennes : le TéléFawn, c’était l’occasion de souffler, mais aussi de faire participer les gens qu’on a rencontré sur Rennes. On a aussi pu retrouver des amis de toute la France qu’on avait perdus de vue depuis la fin du confinement !

Ce TéléFawn, ça nous a rappelé des souvenirs de confinement, d’ailleurs ! C’est un sentiment assez étrange de se retrouver tous à nouveau derrière l’ordinateur.

Le matin, on a commencé par une matinée de jeux ! D’abord un Skribbl.io, remporté par Pacify 🎉 Après ça, un Gartic Phone ! C’était aussi l’occasion de tester le mode Film, qui permet de créer des petites animations à plusieurs, et les résultats étaient à la fois hilarants et imprévisibles !

Après un moment repas, on s’est tous retrouvés pour l’atelier Chapeau magique. Le principe ? Tout le monde a donné un mot au hasard qu’on a mis dans un chapeau (virtuel). Ensuite, on en tire un mot pour chaque participant. On avait 10 minutes pour réaliser un dessin avec le mot imposé, qu’on pouvait interpréter comme chacun le souhaitait ! C’est vraiment impressionnant de voir ce que tout le monde est arrivé à faire en aussi peu de temps et sur des thèmes aussi variés.

Ensuite, Lox a animé un atelier de Design de garde robe ! Au programme : Pourquoi définir une garde robe pour un personnage ? Où trouver nos inspirations ? Après le cours, on a pu mettre en pratique, avec encore une fois, des thèmes tirés au hasard !

À la fin, on a tous fini sur VRChat ! Deeryeen, André et Pawtatoes ont profité de cette première furmeet virtuelle du Fur’west pour recréer la salle du Fawn dans VRChat ! On était une bonne dizaine, et ça a permis à des nouveaux de découvrir le Fawn virtuellement. Après quoi, ça s’est fini en After sur des parties de Uno et autres mondes VR !

On se retrouvera la prochaine fois pour un Fawn en présentiel, le 21 novembre, alors d’ici là prenez soin de vous !~ 🐾✨

Retour sur les Geek Days !

Les 25 et 26 septembre, on était aux Geek Days de Rennes, notre première convention depuis le début du Covid. On a tenu le village Furry aux côtés de Breizh Furs et NormandiFurs

Comment c’était, ce vilage Furry ? 

  • On avait un accueil pour présenter la communauté Furry 
  • Une Fursuit Lounge pour que les Fursuiters puissent se préparer et se reposer
  • Un espace photo
  • Des activités de couture de pattes présentées par Sane Sobriquet et des ateliers dessin présentés par Rimou
  • Une ribambelle d’artistes qui proposaient des prints et des commissions sur place ! Étaient présents : Kitsunebi44, Plive, Pawtatoes, Araya, Violet Cross et Deerly ! 
  • Rimou et Ray Bleiz ont présenté une conférence « C’est quoi le Furry ? » et un Quizz Kahoot
  • Et plusieurs montées sur scènes de nos Fursuiters !

Ce salon était vraiment une superbe expérience humaine. Ça nous a permis de revoir et rencontrer plein de fufus de près ou de loin ! 

Les visiteurs qui ne connaissaient rien au Furry, quant à eux, étaient vraiment curieux ! Voir les dessins qu’on a pu faire pendant les Fawns, les Fursuits qui se baladent, toute notre communauté qui se rassemble autour d’une même passion, ça les a d’abord intrigués, puis enchantés ! 

Pour les membres du Fur’West présents, qui n’avaient pas fait de salon depuis longtemps, ça nous a confirmé que nous avons notre place en convention, et on est prêt à remettre ça ! Et si possible avec nos voisins Bretons et Normands, c’est vachement plus fun avec eux ! 🐾✨

Un méga ArtFight au Fawn !

Pendant le Fawn du 19 septembre on a fait un méga Artfight !

Équipe Paw au rapport, l’ArtFight fut un affrontement sans merci, pendant lequel plusieurs œuvres vraiment magnifiques furent échangées avec une grande bienveillance entre tous les participants. Les friendly fire, à savoir les tirs alliés en français, étaient également de la partie.
Mais qu’est-ce qu’un art fight ? Et bien plutôt que de s’affronter en se faisant mal, les équipes se battent par dessins interposés. Ce jour-là il y avait deux équipes, les Paw, et les Maw. Chaque participant pouvait poster au moins une référence de fursona sur un espace dédié afin que les membres de l’équipe adverse puissent piocher les futurs cibles. Chaque dessin terminé rapportait un nombre de points suivant un barème prédéfini, par exemple un simple headshot sans coloration ni décor donnait 2 points, alors qu’un dessin entier d’un personnage avec coloration complète et décor offrait 36 points. Il était également possible d’attaquer sa propre équipe (friendly fire), ce qui rapportait la moitié des points du barème.

Voici quelques uns des dessins échangés :

Alors, qui a gagné ?

Les résultats sont à la hauteur du combat : Dans l’équipe Maw, 4 artistes acharnés : Flyeen, Sosoyeuse, Lox et Eleode. Dans l’équipe Paw, 7 artistes prêts à en découdre : Araya, Nyerlazine, Badgage, MissIndigton, Ceiphy, Waza et André. 7 contre 4 ? Déséquilibré ? Et bien à seulement 4, l’équipe Maw avait une belle longueur d’avance. Le combat acharné s’est terminé par…. Une égalité à 218 points partout !

C’est le moment de féliciter les deux équipes pour ce combat magistral. Mais attendez… Lox qui a dû partir plus tôt envoie un message. C’est une nouvelle attaque, un full-body color qui rapporte 14 points à l’équipe Maw ! L’équipe Maw remporte la victoire avec 232 points contre 218 pour l’équipe Paw ! 🎉🎊

Le 10 octobre, c’est exceptionnellement un TéléFawn ! On va pouvoir tous se retrouver sur notre serveur Discord : https://discord.com/invite/psWFtXj . Au programme : https://furwest.fr/agenda/telefawn-2021-10
Comme d’habitude on espère vous y voir nombreux ! ✨

Fin des vacances d’été, et Écho du Fawn d’août !

L’été se termine, c’était l’occasion de profiter de ces derniers jours de vacances pour tous se retrouver !

Le Fawn d’août, c’était vraiment fun, on a rencontré plein de nouvelles têtes ! C’est toujours génial de rencontrer de nouveaux furs d’ici ou de plus loin en France, on a toujours des choses à se raconter, des dessins à montrer, des conseils à se donner.

À l’intérieur, c’était en mode “Artistes” ! Une fresque, des crayons, de l’aquarelle… À l’extérieur, c’était la Fursuiterie ! Sane, Furry Cat et Durhandal ont à nouveau sorti le barnum, et ça découpait du poil au m² ! Certains avançaient leur Fursuit, d’autres préparaient notre présence aux Geek Days. Et Furry Cat s’est fait encellophaner pour sa Duct Tape Dummy (technique de fursuit maker qui consiste à se recouvrir de scotch pour obtenir un patron de son propre corps).

Dans la salle, on a installé une énorme fresque au mur, où chacun a pu commencer à dessiner ! Elle est restée affichée toute la journée, chacun a pu y apporter sa contribution, avec chacun sa propre technique de dessin (crayons de couleurs, peinture, encre noire ou autres).

Et à notre grande habitude, le midi c’était pizza !

En début d’après-midi, on a présenté les news associatives. On a notamment parlé des Geek Days de Rennes, dont on fera partie aux côtés de NormandiFurs et Breizh Furs. Ça se passera le week-end du 25 et 26 septembre à Rennes.

L’activité de l’après-midi, c’était l’initiation au Motion Design par André ! Le Motion Design, c’est du graphisme animé, le plus souvent dédié à de la publicité. On a pu voir des techniques d’animation sur After Effects, comme par exemple l’animation d’interpolation ou déformation de la marionnette, deux techniques couramment utilisées pour faire vivre des images et des personnages.

L’après-midi s’est tranquillement terminée, avec des temps de papote et de l’art trade. Le Fawn, c’est surtout ça, l’occasion de tous se réunir pour partager des choses ensemble !

Le prochain Fawn, c’est le dimanche 19 septembre. Cette fois-ci, le pass sanitaire sera demandé pour y accéder. En effet, les directives gouvernementales ont évolué, et le pass est étendu à tous les lieux fermés accueillant du public. Pour avoir un pass sanitaire valide, il faut avoir terminé son parcours vaccinal, ou avoir un test PCR ou antigénique négatif. Pour en savoir plus, veuillez trouver des informations directement sur le site du gouvernement.

Sur ce, on vous souhaite une bonne fin d’été, et on se retrouve très vite, sur les réseaux ou aux prochains évènements ! 🐾✨

Écho du Fawn de Juillet

Salut tout le monde ! Le Fawn de juillet a eu lieu il y a quelques jours, en présentiel comme le précédent, et encore une fois était l’occasion de se retrouver, et d’animer plusieurs ateliers au cours de la journée.

Après s’être tous retrouvés, on a commencé le « Café Littéraire » à 11h. Plusieurs livres (en particulier des mangas et BD) à thème pouvant être considéré comme Furry étaient présentés, afin de faire découvrir de nouveaux écrivains et dessinateurs. Notamment, plusieurs des mangas du mangaka Nagabe, dont L’Enfant Et Le Maudit, Le Patron Est Une Copine, Wisdoms, Monotone Blue… On peut aussi noter The Ancient Magus Bride de Kore Yamazaki, Beastars de Paru Itagaki, ainsi que les bandes dessinées Les 5 Terres, ou encore Jim Hawkins de Sébastien Vastra… Ce sont des styles graphiques, des histoires et des genres variés : aussi bien du thriller, de la fantasy, slice of life…

Après ça, Pizza !

À 15h, on a lancé l’atelier de modèle vivant pendant lequel on dessinait des personnes réelles pour références. C’est un exercice qui peut être compliqué, surtout si on a un temps limité pour dessiner les poses, mais qui a l’intérêt de faire travailler le regard et d’apprendre en partie l’anatomie, la manière dont le tissu interagit avec le corps, etc. En plus, cela permet de dessiner des poses qu’on a pas toujours l’occasion de voir, et sous des angles différents !

Comme il s’agissait du deuxième Fawn en présentiel depuis l’évolution des mesures sanitaires, c’était l’occasion pour tout le monde de dessiner tranquillement hors des ateliers, d’avancer sur le confection de fursuits et de les montrer aux autres… Comme vous pouvez le voir en photos, les créations étaient vraiment très variées !

On se retrouvera donc la prochaine fois pour un nouveau Fawn en présentiel le 22 août, d’ici là prenez soin de vous !

En juin, c’était le retour du Fawn en présentiel !

Bonjour à tous ! Le tout premier FAWN en présentiel est tout juste passé et a été riche en activités, c’est donc l’occasion de revenir sur cette journée ! 
Tout d’abord, la matinée a commencé sur un petit jeu, « Finish the drawing », dont le but est de finir un dessin incomplet. Plusieurs bases étaient mises à disposition, dont un oiseau, un sphynx et un loup, et pour chacune on peut voir plusieurs interprétations différentes suivant l’artiste. Certains ont même représenté leur animal avec des armures ou autres costumes !

Ensuite, en début d’après-midi, nous avons repris sur un point associatif pendant lequel ont été évoquées certaines des questions qui seront abordées à l’Assemblée Générale prochaine (j’y reviendrai en fin d’article)

Après cela, Rimou a animé un cours d’initiation au dessin numérique, en particulier sur Clip Studio Paint. Pas mal de ses explications étaient applicables à d’autres logiciels de dessin comme Photoshop, Paint Tool Sai, Krita ou d’autres. De manière générale, cet atelier permettait de se familiariser avec les bases utiles pour manipuler les programmes en question. Par exemple, comment utiliser l’outil Pinceau, le rôle des « calques » et bien d’autres. 

Un peu plus tard dans l’après-midi, on a enchaîné avec un atelier de dessin d’expressions basées sur des émotions. C’était à la fois l’occasion de découvrir les fursonas de plusieurs personnes et de voir leurs personnalités. En plus, ça donnait une bonne occasion de sortir de sa zone de confort en travaillant sur des expressions dont on a pas forcément l’habitude ! Les activités de l’après-midi étaient aussi en simultané sur Discord, ce qui donnait l’occasion à quelques personnes en distanciel de participer !

En parallèle des différents ateliers, cette journée était aussi l’occasion d’avancer des dessins persos, de sortir les fursuits et de partager un moment convivial !


Avant de se quitter, il faut que je revienne sur le point associatif. Pour rappel, tout participant peut accéder au Fawn gratuitement une fois par an, après quoi il faut être adhérent pour participer. Pendant l’Assemblée Générale, on parlera de l’évolution des règles et tarifs d’adhésion, l’élection des membres du bureau, et bien plus encore !

L’Assemblée Générale sera le 4 juillet 2021 à 14h30 sur Discord, et exceptionnellement, tout le monde y est convié ! Cependant seuls les adhérents du Fur’west pourront voter.
Le prochain Fawn se tiendra le dimanche 11 juillet, dans la salle habituelle et on espère vous y revoir d’ici-là ! 🐾✨

Le FAWN reprend pour de vrai ! ✏

Les salles réouvrent, les FAWNs reprennent en présentiel ! Le prochain FAWN sera donc le 13 juin au 42 Rue des Hauts Pavés, à Nantes !
Les informations pour y accéder : Le Fawn – Le FurWest

Quelles sont les règles sanitaires ?

  • Les places sont limitées à 18 personnes en juin. L’inscription est donc nécessaire pour venir sur place : FAWN de juin 2021 – Le FurWest
  • Masque obligatoire pour tout le monde, porté correctement et gardé même assis. Il ne pourra être baissé que pour le repas du midi, et on vous les fournira.
  • 1 mètre entre chaque participant.
  • Lavage régulier des mains. Du gel hydroalcoolique sera à disposition.

Comment ça se passe à l’intérieur ?

  • On aérera la pièce au maximum pendant la journée.
  • On désinfectera le matériel et les tables le matin et le soir.
  • Amenez votre propre matériel, afin d’éviter au maximum les échanges de main en main.
  • Il y aura une fiche de présence à cocher dès votre arrivée.

Faut-il être adhérent pour participer ?

Oui et non ! Il faut effectivement être adhérent pour participer ; mais si vous n’êtes pas adhérent, vous avez tous le droit à 1 séance gratuite durant l’année scolaire en cours !
Il suffit de vous inscrire : FAWN de juin 2021 – Le FurWest
Et pour adhérer : Documentation Adhésion Don – Le FurWest

Et les TéléFawn alors ?

Pendant le confinement, on a beaucoup développé l’édition virtuelle du Fawn : le TéléFawn. Ça nous a permis de faire de très belles rencontres de personnes qui ne sont pas forcément de Nantes ! Comme le Fawn reprend, on ne pourra pas assurer le TéléFawn comme avant. Cependant, on ne souhaite pas oublier nos amis de toute la France !

  • On essaiera de diffuser nos activités de l’après-midi en simultané sur Discord. Comme ça, vous pourrez y participer à distance. On vous en dira plus à chaque édition du Fawn.
  • On fera sûrement un ou deux TéléFawn complet dans l’année !

Le mot du Fur’west ☀

On est vraiment ravis de voir la situation s’améliorer, et on est pressé de tous vous retrouver, dans des bonnes conditions de sécurité bien-sûr !
N’hésitez pas à nous poser vos questions, par email, ou sur Discord et Telegram (contactez « André (Eish) » !)
D’ici là, des bisous et plein de bonnes choses ! ☀🐾

Écho du TéléFawn d’avril

Hello tout le monde ! Le TéléFAWN d’avril est tout juste passé, c’est l’occasion de revenir sur les différentes activités qui ont eu lieu !
Cette fois, j’ai aussi eu la chance de pouvoir y participer, donc je vais raconter tout ce qui s’est passé pendant la journée avec ma part de ressenti ! [Loki / Zébartiii sur Gartic Phone]

Comme pour les fois précédentes, on a commencé doucement la matinée sur Gartic Phone (le téléphone arabe mais en dessin) et même si à l’origine il était prévu de passer à Skribbl.io ou autre à un moment donné, c’était tellement drôle qu’on a joué qu’à ça jusqu’à la pause déjeuner.
On a pu découvrir le mode imitation, où le but est de redessiner le dessin précédent alors que le temps imparti est de plus en plus court, ce qui donne des séries complètement abstraites à peine à la moitié. On a même eu l’occasion de tester ce mode en dessinant nos propres fursonas, et c’est vraiment hilarant de les voir se décomposer peu à peu au fur et à mesure que le chronomètre accélère !

En début d’après-midi, on est passés à l’atelier « Dessinons différents animaux », où on pouvait choisir parmi deux animaux peu courants et les redessiner pendant un temps relativement court. Le but ici était surtout d’exercer son regard et d’essayer de comprendre à quoi ressemble vraiment l’animal en question, mais plusieurs participants sont allés jusqu’à combiner plusieurs animaux en même temps pour en faire des hybrides ! 
C’était l’occasion de voir aussi bien des espèces inhabituelles et de sortir de notre zone de confort, mais aussi de partager tous les résultats avec les autres  et de voir comment chacun interprète tel ou tel animal.

À 15h30, nous avons enchaîné avec un atelier autour de deux sessions d’Art Trade de 45 minutes chacune. Chaque personne devait faire le dessin du fursona de quelqu’un d’autre et partager à la fin. C’était vraiment une super activité, permettant à la fois de découvrir les fursonas des autres et d’un peu mieux les connaître, de découvrir plein de styles graphiques différents et d’avoir un moment d’échange passionnant à la fin, où on parle des créations de tout le monde et on peut à la fois offrir et recevoir des dessins.
À titre personnel, ces deux sessions étaient très enrichissantes et le fait de pouvoir partager tous les résultats à la fin était d’autant plus motivant et agréable.

Enfin, après un moment tranquille de discussions, la journée s’est terminée sur une grosse partie d’Among Us, sur la nouvelle map Airship ! 
En résumé, la journée était une nouvelle fois riche en rencontres et en activités drôles et intéressantes, et c’était un moment très agréable !
La prochaine édition du TéléFAWN quant à elle aura lieu le 9 mai, on espère vous y retrouver !

Écho du TéléFAWN de Mars

Bonjour tout le monde ! Après ce TéléFAWN de mars, voici un petit point sur les différentes activités qui ont eu lieu. Comme les dernières fois, la matinée a d’abord commencé doucement avec des séries sur Gartic Phone. Pour rappel, le principe est tout simplement celui du téléphone arabe en dessin, ce qui donne souvent des résultats assez drôles.

Ensuite, Delluna avait à l’origine proposé d’animer un atelier autour des perles Hama (que l’on met sur une plaque pour faire un dessin, puis qu’on fait fondre avec un fer à repasser pour consolider l’ensemble) car il propose ce type de commissions. Cela dit le prix des perles et les mesures sanitaires rendaient ça impossible, donc à la place l’atelier a été autour du Pixel Art ! 

Pour ce faire, tout le monde utilisait le site Piskel qui permet de faire du pixel art directement depuis son navigateur, et même des sprites animés. Ce style permet de faire aussi bien des personnages que des environnements et se prête très bien aux animations.

Après ça, Lox a animé l’atelier « Habillons notre fursona », présentant d’abord plusieurs styles vestimentaires avant que tout le monde redessine son personnage habillé. L’apparence des fursonas se démarque souvent (par leurs physiques en eux-mêmes, la couleur de la fourrure, des yeux, écailles ou autres)  et c’est très intéressant de voir cette toute nouvelle dimension que peut apporter la mode !

Enfin, le prochain TéléFAWN aura lieu le 11 avril, on espère vous y retrouver ! D’ici là, prenez soin de vous !

Écho du TéléFAWN de février

Salut salut ! Le TéléFAWN de février est tout juste derrière nous et a encore une fois été très riche en activités pendant toute la journée, avec des jeux et défis aussi marrants qu’intéressants. Le matin pour commencer, Gartic Phone et Skribbl.io comme les fois précédentes pour démarrer en douceur. FurryCat&Cosplay (Hulk sur l’image ci-dessous), qui jouait pour la première fois à Skribbl.io, a gagné !

Voici un petit extrait de certaines séries sur Gartic Phone : pour rappel le jeu consiste à écrire une phrase qu’un autre joueur va dessiner, puis le joueur suivant décrira le dessin. Un téléphone arabe dessiné en soi !

L’après-midi :

Une dizaine de participants se sont réunis pour deux sessions d’Art-Trades de 30 minutes chacune. La règle est simple, il s’agit de dessiner le fursona d’une autre personne tirée au sort pendant le temps imparti. De nouvelles têtes se sont jointes à cette activité, notamment Pixwell et Yul, mais aussi Terry Tigear et Rimou ! C’était l’occasion de découvrir les fursonas de tout le monde, avec des espèces et des apparences très variées, et c’était aussi l’occasion de dessiner tous ensemble et de repartir avec de super portraits à partager !

La conférence sur le Réalité Virtuelle :

Après ça, Deeryeen a animé une conférence sur la VR dans le furry fandom, ainsi que son expérience personnelle de la chose :

L’after :

Enfin, on a fini la journée sur plusieurs parties d’Among Us, cette fois avec le Proximity Chat pendant quelques parties, avec Ray Bleiz. Ce mod permet aux joueurs de dialoguer pendant la partie hors des meetings, mais leurs voix diminuent en volume en fonction de la distance, ce qui rajoute encore de l’intérêt au jeu. Malheureusement, quelques problèmes techniques ont fait qu’on a du revenir à des parties normales un peu plus tard, mais ça reste une addition vraiment intéressante et très fun !

En résumé, cette édition du TéléFAWN était à nouveau bien remplie de jeux et de dessins, ainsi que de belles rencontres, d’autant que plus d’une quinzaine de personnes étaient présentes pendant la journée, encore plus que les fois précédentes ! En attendant de vous voir à la prochaine édition, le 14 mars, prenez bien soin de vous !

Écho du TéléFAWN de janvier

Hello tout le monde ! Le TéléFawn de janvier est tout juste derrière nous et on se retrouve pour un retour sur cette journée !

Tout d’abord, la journée a commencé tranquillement non pas avec des parties de Skribbl.io comme les fois précédentes, mais sur Gartic Phone. Le principe est simple, il s’agit en fait du Téléphone Arabe en dessin ! Une première personne invente une petite phrase ou description, qu’une deuxième personne doit dessiner, puis une troisième personne décrit le dessin et ainsi de suite jusqu’à ce que tout le monde ait participé. Les résultats sont d’autant plus drôles quand beaucoup de personnes participent parce que les dessins et descriptions deviennent de plus en plus éloignés de la phrase d’origine, en l’occurrence une douzaine de furs étaient présents pour y jouer !

En voici un petit extrait :

L’après-midi :

Lox et Eish ont animé l’atelier « Dessine Moi Un Hybride » : chaque participant tire au sort un animal à mélanger avec son propre fursona, ou deux animaux à fusionner ensemble, le tout en 20 minutes. Au total il y a eu deux sessions, voici quelques dessins qui ont été faits pendant celles-ci :

Comme vous pouvez le voir, les créations sont vraiment riches et montrent ce que l’on peut faire en utilisant des espèces différentes de celles qu’on a l’habitude d’utiliser. De plus, chaque personne choisit sa manière de mélanger les deux espèces choisies, c’est une prise de position créative qui garantit déjà des résultats intéressants.

Ensuite, Lox a une nouvelle fois animé une activité de design de cartes du jeu Skull, en portant une attention particulière aux références choisies et aux choix de palettes de couleurs.

Après ça, Eish a présenté un atelier d’initiation au Sculpting 3D sur Blender. Le but était de sculpter un lapin, dont il avait déjà préparé des vues de face et de profil. L’interface de Blender peut paraître intimidante et le fait de découvrir ce médium de manière générale ne facilite pas forcément la chose, mais en l’espace d’une heure les participants s’en sont remarquablement bien sortis !

Et enfin, comme les autres fois, la journée s’est terminée sur un after sur Among Us, pour finir en douceur.

Comme la fois précédente, des Furries habitant un peu partout en France ont pu se joindre aux activités du TéléFawn et ça fait plaisir de voir que malgré la distance, on peut se retrouver pour passer des bons moments ! ✨

Un nouveau documentaire Furry par Ash Coyote

Bonjour tout le monde! Le premier Janvier, Ash Kreis et son complice Eric « Ash » Risher, tous deux derriere le superbe documentaire du Fandom sorti en Juillet dernier, viennent de sortir un nouveau documentaire appelé « Hero ».

A première vue, il raconte l’aventure de la fabrication de la fursuit de « Hero » un furry souffrant d’un cancer avec une durée de vie incertaine. Fabriqué dans les studios de @WildAcai – « Waggery Costumes » – la fursuit a pris une importance au delà des attentes du fabricant et ses employés, et avec ce documentaire est presque devenu un point de référence sur les capacités du fandom non seulement dans le côté créatif, mais aussi social. Comment le fandom a aidé Hero dans sa vie, et l’importance de sa fursuit pour lui, et les personnes autour d’elle.

Je ne vais pas tout vous raconter, bien sûr. Je vous conseille vivement de le regarder si vous pouvez comprendre l’anglais, le documentaire est malheureusement dépourvu de sous-titres français. Mais en moins d’une heure, elle réussit à raconter cette belle histoire.

Écho du TéléFAWN de décembre

Bonjour à toutes et à tous !

Nous revenons vers vous suite au TéléFawn de décembre, pour voir comment tout ça s’est déroulé et vous montrer les différentes créations qui ont été faites pendant la journée.
Tout d’abord, pour un début en douceur, une session Skribbl.io pendant la matinée avec Eish, Rimou, Gigattds, Garrulis, Spikeers et Pawtatoes, avec énormément de dessins amusants (comme le castor de Pawtatoes, ou le Pikachu de Rimou), et des réponses toutes aussi décalées.

Ensuite, après un temps pour déjeuner, les activités ont repris à 14h avec un challenge de dessin particulièrement intéressant : un exercice de rapidité. Le principe, c’est de choisir une photo d’animal parmi une liste, puis de la redessiner d’abord en 10 minutes, puis 1 minute, et enfin en seulement 10 secondes. L’exercice en lui-même n’est pas forcément simple, mais il n’en est pas moins amusant et permet de voir comment les participants choisissent de synthétiser les informations dans leurs dessins, avant la fin du temps imparti.

Les résultats sont très variés, et même en terme de médiums nous avons aussi bien du traditionnel que du numérique, et tous valent franchement le détour. D’ailleurs, le défi est d’autant plus original qu’il y a des animaux assez différents, à fourrure, à plumes, avec beaucoup de proportions et de détails qui les distinguent les uns des autres, et il est très enrichissant de voir comment chacun à décidé de représenter tout ça.

À partir de 15h, Lox a à nouveau animé un atelier de dessin de cartes du jeu Skull, comme l’autre fois, avec cette fois des nouveaux participants. Chaque participant pouvait aller dans une direction personnelle. Pendant cette séance, les participants se sont concentrés sur la recherche de références, avec des choix de crânes d’animaux, de fleurs, de palettes colorées ou d’éléments de stylisation très différents.

Vers 17h40, nous avions près d’une quinzaine de personnes participant à la réalisation d’une fresque numérique sur Aggie.io, représentant une scène de Noël avec les fursonas de tout le monde. Le résultat est d’autant plus bluffant qu’il n’a été fait qu’en 2 heures, et que comme la plateforme n’est pas aussi flexible qu’un logiciel de dessin conventionnel pourrait l’être, tout le monde fait avec les moyens du bord.


Enfin, la journée s’est terminée sur du Among Us pour finir doucement. Globalement, les activités on rassemblé un groupe de personnes assez solide, y compris des furs ne venant pas forcément de la région nantaise, ce qui donne aussi son intérêt au TéléFawn. Il semblerait que tout le monde ait pu passer du bon temps sur les différentes activités de dessin, et à tous niveaux confondus, ce qui est d’autant plus fun !

Avant de vous quitter, nous vous annonçons déjà que le Fawn de janvier aura lieu le 17/01, très probablement sur Discord en version TéléFawn ; on vous tient au courant de tout ça. En attendant, prenez bien soin de vous et passez une bonne fin d’année 2020 🎄🎁💖. Honnêtement tout le monde mérite bien une petite médaille en chocolat pour avoir tenu jusqu’à la fin de cette année !

Écho du TéléFAWN de novembre

Hello tout le monde !

Suite au Télé’Fawn du 22 novembre, voici un petit retour sur les différentes activités qui ont eu lieu :
Pendant la matinée, sur fond de papotage, nous avons eu quelques belles parties de Scribbl.io et notamment quelques interprétations intéressantes. Par exemple l’année 2020 dessinée par Delluna, Blacksad dessiné par Krymson, ou le Furwest dessiné par Tipanda.

L’après-midi :

C’était dessins de cartes du jeu Skull au programme, avec notamment Lox et Ray Bleiz, et de jolis designs cyberpunk; ensuite, quelques parties d’Among Us.

Et en plus de ça, une toile collaborative était ouverte pendant toute la journée sur Aggie.io. Voici le résultat!

Enfin, on vous annonce que le prochain Télé’Fawn aura lieu le 20 décembre, sur le serveur Discord du Fur’west. Au programme, une grande fresque collaborative, un challenge de rapidité de dessin, et plus encore! On espère vous voir là-bas!

Nanthro d’aout et d’octobre

Salut bande de pwals, comment ça va? Je viens a vous pour les 2 prochaines nanthros. Elles auront lieux le 23 aout et le 18 octobre (possible décalage suivant évolution du virus). Je compte appeler les gérants de l’accro branche de Carquefou dans la semaine, mais je voudrais savoir combien de personnes comptent participer sérieusement (et pas décommander le jour même), pour organiser la chose. De même pour le karaoké chez Kox à st Herblain, vu qu’il faut réserver longtemps à l’avance, et que certains jours d’octobre commencent à êtres pris, je voudrais savoir combien de personnes seraient « vraiment » intéressées pour y aller, sachant que les salles font 6/8/12 et 18/ personnes.

Dans un 1er temps, informez moi pour le mois prochain et l’accrobranche que je sache combien vous serez. Avertissez moi autant ici sur discord que sur mon télégram. Je verrais plus tard pour le karakoé. Merci et bonne soirée.

Excellent documentaire sur les furries

Il y a quelques jours, nos amis outre-atlantique ont sorti un excellentissime documentaire sur le furry et sa communauté de passionnés. A la fois très complet, avec un casting de personnes interviewées au top, le gratin, et un documentaire de très belle facture. On vous le recommande haut la patte !

Décalage de nanthro

Hello bande de poils, comment ça va? J’ai pris le temps ce WE de réfléchir concernant la suite de la nanthro. Vue que la situation du coronavirus s’améliore, MAIS n’est toutefois pas terminée, la prochaine édition sera en Aout, probablement début ou fin, pour éviter le creux du WE du 15 aout. J’espère que d’ici là situation se sera améliorée, car l’accrobranche de Carquefou à du prendre des mesures assez drastiques et contraignantes pour rester ouvert. Je vous tiendrai au courant, d’ici là faites gaffes à vous ^^

Le sac à main

TéléFAWN ce dimanche 21 juin !

La même image que le mois dernier, parce qu’on a la flemme.

Toujours confiné, le Fur’West vous convie à sa version visio, vocale et texte du FAWN ce dimanche 21 juin :
Le TéléFAWN ! Dans une ambiance chillesque et gazouillotte.

Au programme :

11h -16h – Papote et streams dessin

Ca se passera sur le canal textuel FAWN et le canal visio/vocal TéléFAWN sur notre serveur :

TéléFAWN ce dimanche 17 mai !

Du chill, des bestioles et des réglages de volume de micro

Toujours confiné, le Fur’West vous convie à sa version visio, vocale et texte du FAWN ce dimanche 17 mai :
Le TéléFAWN ! Dans une ambiance jovialique et fripounette.

Au programme :

11h -14h – Discussion libre
14h – News associatives :
• Démarrage des projets associatifs
• Les hermines, les petites pattes du Fur’West
14h30 – Dessin numérique : travailler la couleur (avec Rimou)
15h30 – Discussion libre

Ca se passera sur le canal textuel FAWN et le canal visio/vocal TéléFAWN sur notre serveur :

Nos projets fleurissent !

Dimanche 26 avril 2020, nous nous sommes réunis entre Fur’Westiens sur notre serveur Discord pour relancer la vie associative et se préparer à l’après-confinement. Comme le Fur’West a bien grandi, avec son site web, ses présences en salon, ses activités et sa fréquentation, le confinement aidant, nous avons pris 2 bonnes heures pour parler de la suite !

On t’engage ! T’as dis oui.

LE TEMPS DES HERMINES

Pour enfin lancer les projets que plusieurs d’entre nous gardent depuis plusieurs mois de côté, nous avons invoqué les hermines ! Qui sont-elles ? Ce sont les personnes volontaires, motivées, compétentes, prêtes à s’engager pour un projet au sein du Fur’West. Nous avons listé plusieurs pistes de projets tout aussi motivant les uns que les autres !

  • Un atelier fursuit augmenté avec achat de matière première en commun, expérimentations, etc.
  • La création de marionnettes (à l’effigie de nos propres personnages) et d’un spectacle qui va avec.
  • Une chaîne youtube pour montrer nos activités en mouvement et en son !
  • Des sorties fursuits du côté de Nantes et les environs (enfin !)
  • Des goodies conçus par nos artistes
  • Une fursuit de notre mascotte
  • Un jeu de société Furry
  • … Et moultes autres émoustillantes réjouissances !

Les projets seront lancés petit à petit et au fil de l’eau, selon les disponibilités des hermines en présence.

Nous avons également lancé la mise en place d’un outil collaboratif, le logiciel open source Kanboard (équivalent de Trello) pour nos projets. Nous y avons déjà intégré une dizaine d’hermines !

ET MAINTENANT ?

Nous reviendrons très bientôt vers les hermines fraîchement recrutées pour une initiation à Kanboard et à un lancement des premières opérations dans les jours/semaines à venir. Et nous recrutons toujours ! Il y a de la place. Aussi n’hésitez pas à nous contacter si vous voulez faire partie de l’aventure !

DES NEWS DU FAWN

Notre atelier créatif furry mensuel profitera également, une fois déconfiné, de cet élan de dynamisme avec les nouveautés suivantes :

  • Un sujet d’atelier tiré au sort pour chaque édition parmi les suggestions faites par les participants
  • Une permanence photo et vidéo pour afficher nos activités en ligne

Le FAWN du mois de mai étant fortement compromis par le contexte de confinement, nous l’annulons purement et simplement et vous donnons rendez-vous le 17 mai pour un TéléFAWN sur notre serveur Discord. Le programme vous sera communiqué prochainement.

TéléFAWN ce dimanche 19 avril !

« Wesh Groucha. Bien ou quoi ? »

Confiné mais actif, le Fur’West vous invite pour une version en ligne du FAWN ce dimanche 19 avril :
Le TéléFAWN ! (On remercie Sane pour le nom)

Au programme :

11h -14h – Discussion libre
14h – News associatives :
• Fur’West, Covid19 et après
• L’histoire du Fur’West
14h30 – Dessin numérique : l’encrage (avec Rimou)
15h30 – Discussion libre

Ca se passera par ici :

Art et furries contre le COVID19

Les artistes et les furries se mobilisent contre le coronavirus !

A l’initiative de l’agence événementielle Masterconv et de plusieurs artistes dessinateurs de tout bord, un site web a été créé : Fukorona. Son fonctionnement est simple : des artistes réalisent des posters, BD, illustrations. Ces réalisations sont mises en vente en tirage limité sur le site. La moitié des recettes est reversée au bénéfice de la recherche, à l’Institut Pasteur.

Et les furries dans tout ça ?

Et bien voilà ! Litchie, artiste furry française, va y proposer un poster à thème furry qu’elle réalise ce soir même en direct sur Twitch à partir de 20h30 !

Prenez soin de vous et de vos proches.
On vous fait des gros câlins (virtuels mais sincères !) et on vous dit à très bientôt !

Pourquoi pas durant le TéléFAWN sur notre serveur Discord le dimanche 19 avril ? 😉